Mes 6 conseils pour gérer votre stress

Mes 6 conseils pour gérer votre stress

Mes 6 conseils pour gérer votre stress

Le stress, la maladie de ce monde moderne

Le travail , certainement le secteur où il y a le plus de stress. Un rythme soutenu, beaucoup d’investissement et peu de reconnaissance, sans parler des relations au travail qui peuvent vite devenir compliquées. Un milieu qui est en perpétuel mouvement : rester compétitif demande une énergie folle. Du stress à l’épuisement, comment sortir de ce cercle infernal ?

 

Comprendre le stress

Voici une brève définition du stress : c’est l’ensemble des réactions de l’organisme face à des agressions plus ou moins fortes d’agents extérieurs. Ce sont des mécanismes d‘adaptation au changement. Donc en gros si vous êtes stressé c’est que votre mode de vie a trop de stimuli et doit en permanence s’adapter, ce qui à la longue vous épuise.

Vous avez deux options. La première, qui me fait sourire car c’est sur elle que j’ai misé il y 5 ans, consiste à tout plaquer et repartir de zéro, en se créant une vie plus adaptée à vos valeurs et vos besoins. Je vous raconte mon histoire sur l’article écologie intérieure. La seconde consiste à appliquer les six clés que je vais vous dévoiler dans cet article.

Avant tout je voudrais clarifier pourquoi il est important de gérer son stress. Le stress est une réaction normale du corps, et il peut être positif. À la base le stress à une fonction très utile, il permet d’accroitre la vigilance et de mobiliser les capacités cognitives. Ce n’est pas la situation en soi qui est stressante, mais notre capacité ou non à y faire face est ce qui fait la différence. C’est évidement l’excès de stress qui est nocif.

 

Les effets nocifs du stress

Cela peut aller de l’épuisement au burn-out, nous pouvons même développer de graves maladies. Heureusement notre corps nous parle et nous met en garde de la dégradation du système. Avons nous appris à écouter ces messages et à respecter nos besoins ? Concrètement trois phases sont identifiées sur le plan physiologique.

Une phase d’alarme, où vous mobilisez beaucoup d’énergie. C’est une réponse par le combat ou la fuite qui se caractérise par l’augmentation du flux sanguin, l’accélération des battements cardiaques, la dilatation des artères. Vous recevez une décharge de noradrénaline et d’adrénaline, qui permet la mobilisation de l’énergie et de la vigilance.

Si vous ne prenez pas un moment pour retrouver un état interne stable, vous basculez dans la seconde phase : la consommation des réserves d’énergie. Le système endocrinien prend la relève et déclenche la production de cortisol. Il y a une augmentation du volume de la sécrétion corticosurrénale et une augmentation de l’activité. Vous continuez à éprouver les symptômes de la première étape, votre corps commence à libérer ses réserves de sucres et de gras, vous vous sentez sous pression et fatigué. Vous pourriez aussi éprouver de l’anxiété ou des pertes de mémoires, attraper des rhumes et avoir la grippe plus souvent que d’habitude. Tous ces symptômes sont des messages de votre corps qui vous demande de lever le pied. Seulement nous sommes parfois butté et priorisons le travail et l’argent au risque de perdre notre santé.

Vous pouvez alors basculer dans la dernière phase. Évidement il est plus difficile de retrouver un état d’équilibre et de bien-être si vous atteignez ce stade. La phase d’épuisement indique que vous avez consommé toute votre énergie biodisponible. C’est le stress chronique. Le système nerveux n’arrive plus à réguler les mécanismes physiologiques. Le corps ne peut plus constituer ses ressources et le stress devient pathogène. Vous pouvez éprouver de l’insomnie, être plus facilement irritable. Et à l’extrême il est possible de développer des maladies graves comme par exemple des ulcères.

Il est urgent de réagir, voici les six clés.

  • Limiter l’impact physique du stress

Créer votre liste de rituels bien-être pour vous régénérer physiquement (yoga, massage, manger équilibré, relaxation, micro-sieste…) et pratiquez-les régulièrement. Il est important aussi de respecter votre sommeil, huit heures par nuit et une micro-sieste de 5 à 20 min et vous verrez votre énergie remonter. Mon ami Rémi Barbier à écrit un article complet et très instructif sur le sommeil, je vous met un lien à la fin de l’article.

 

  • Reprendre le contrôle

Portez votre attentions sur les endroits où vous avez du pouvoir, et agissez depuis cet endroit. S’il pleut vous ne pouvez pas changer les conditions météorologiques ; en revanche vous pouvez choisir d’enfiler des bottes et de sauter dans la boue avec vos enfants, ou de faire une sortie au musée. Si vous avez un dossier à terminer dans une semaine et que cela vous semble insurmontable , demandez-vous où est votre zone d’influence. Pouvez-vous déléguer, travailler en groupe, demander un délai supplémentaire ? Respirez et agissez.

 

  • Se protéger des intrusions

Savoir poser vos limites et les faire respecter.

 

  • Créer un réseau de soutien

Famille, ami(e)s, collègues en qui vous avez confiance. Pour ma part j’appartiens à un groupe, nous apprenons un processus de communication qui est basé sur la bienveillance. Nous y pratiquons entre autres l’empathie, et c’est l’une de mes ressources les plus efficaces.

 

  • Cultiver l’art du lâcher prise

Savoir économiser de l’énergie sur des “batailles” à faible portée. S’entraîner à l’optimisme, voir en chaque difficulté une opportunité.

 

  • Gérer ses relations avec la Communication Non Violente

Comme je vous le disais plus haut la CNV est un processus basé sur la bienveillance, envers soi même et envers les autres. S’initier à ce processus permet de gagner en sérénité, de mieux comprendre les autres et de s’exprimer d’une façon optimale.

 

Pour conclure, le stress est un mécanisme naturel, il est donc normal de le ressentir. Nous pouvons éviter les effets nocifs du stress en ayant une hygiène de vie saine et en développant des qualités relationnelles.

 

Pour lire l’article sur la Communication Non Violente cliquez ici

 

coach

Gaëlle Fleury

Laisser un commentaire