Que faire quand on se sent nul ?

Que faire quand on se sent nul ?

Que faire quand on se sent nul ?

Savoir transformer son état interne, c’est avoir accès à la liberté et la réussite !

Avez-vous un domaine dans votre vie dans lequel vous pensez ne pas être doué ? Que ce soit Dessiner, prendre la parole en public, ou danser, gérer sa comptabilité, nous avons tous une ou plusieurs zones de compétences moins développées.

Aborder un inconnu, gérer vos émotions, chanter, écrire un article, faire du sport ou encore bricoler peuvent demander un réel effort et générer de l’angoisse. Est-ce que parfois avant même de commencer une tâche importante, vous pensez que vous n’y arriverez jamais ? Est-ce que ça vous arrive d’échouer et par la suite de vous sentir vraiment nul ?

Alors il peut se passer deux choses, la première c’est une baisse de l’estime de soi, et une tendance à généraliser la croyance qu’on est nul, que notre vie est un échec et que ça va durer dans le temps.

La seconde chose
qui peut se produire c’est l’abandon, vous êtes persuadés que ce n’est pas une activité pour vous, si c’est important vous déléguez et si c’est un rêve vous l’oubliez.

Oublier ses rêves c’est laisser la place aux regrets, à la tristesse et au sentiment d’être passé à côté de sa vie.

C’est très apaisant et réjouissant de savoir que rien n’est figé dans le temps, j’ai appris à vaincre se sentiment d’impuissance et tout le monde peut le faire, il suffit juste d’y accorder un peu de son temps.

Et nous pouvons démarrer dès maintenant. Prenez une feuille et un stylo et notez-le ou les domaines dans lesquels vous aimeriez être plus doué. Laissez parler votre cœur aussi, laissez remonter vos rêves d’enfants, ce qui vous procure des larmes d’inspiration. Ça y est vous avez votre liste ?

Laissez tout cela de côté maintenant, nous y reviendrons. Soyez attentif à ce qui va suivre, vous allez comprendre pourquoi on peut avoir ce sentiment si fort d’impuissance et aussi qu’il est possible de surpasser tout cela.

 

Comment vient cette impression d’être nul ?

C’est très facile et rapide de se sentir envahi par cette sensation. Et ce qu’il y a de tragique ici c’est que très peu d’entre nous savent pourquoi cela arrive et comment ne pas laisser ce sentiment nous gâcher la vie.  Une expérience a été faite en 2015 par un professeur américain, pour montrer comment pouvait se déclencher très rapidement la perte de confiance en soi et se sentiment d’impuissance.

 

Le professeur donne à ses élèves un exercice avec 3 anagrammes très simples à résoudre. Il glisse trois copies piégées. Sur ces trois copies les deux premières anagrammes sont impossibles, et la 3eme est très simple, c’est la même que sur les autres copies.

Lorsque le professeur demande à la classe, qui a trouvé la première anagramme ? Toute la classe lève la main sauf les 3 élèves piégés. La même chose se produit pour la deuxième anagramme et pour la troisième.

Lorsqu’on apprend aux trois élèves qu’ils ont été piégés évidement ils sont soulagés et quand on leur demande que s’est-il passé pendant cet exercice pour vous, comment l’avez-vous vécu et pourquoi n’avez-vous pas réussi la troisième anagramme. Ils répondent qu’ils se sont trouvés nuls, ils se sont dit qu’ils étaient vraiment bêtes et n’ont même pas essayé de résoudre la dernière anagramme.

Ils avaient abandonné car ils n’avaient plus confiance en leurs capacités ! C’est ce qu’on appelle : l’impuissance apprise. Nous sommes tellement convaincus que nous n’y arriverons pas, que nous n’asseyons même pas !

 

Combien de fois, avez-vous été confrontés à ce type de situations ? Pas avec des copies piégées, mais simplement face à quelqu’un qui dessine mieux que vous, ou encore cet ami qui aborde les gens avec tant d’aisance, ce professionnel qui vous impressionne dans ses conférences. Est-ce que vous vous dîtes : « ce n’est pas pour moi, j’ai essayé mais vraiment je ne suis pas doué, c’est lui l’expert ! » Ok et après ? Allez-vous donc renoncer au dessin alors que cela vous attire tant, resterez-vous timide toute votre vie, vous donnerez-vous une chance de faire une conférence un jour, ou abandonnerez-vous ?

 

Il y a un autre exemple que j’affectionne beaucoup, qui illustre pourquoi nous avons tous ces freins qui nous paralysent quand il faut acquérir de nouvelles compétences.

Vous savez comment on éduque un éléphant ?  Les personnes qui s’occupent du cirque on conscience qu’un éléphant aura tout le potentiel nécessaire pour s’échapper quand il aura atteint l’âge adulte.

Ils ont donc réfléchi à un moyen efficace, pratique et économique de les retenir. Et ils ont compris que le meilleur moyen pour y parvenir c’était de les attacher dans leur tête.

De créer des barrières mentales.

Ils attachent donc l’éléphanteau avec une corde solide qu’il lui est alors impossible de briser. L’éléphanteau essaye une fois, deux fois, 100 fois et il arrête au bout d’un certain temps car il a compris.

 

 

 

Arrivé à l’âge adulte l’éléphant est toujours là, c’est la même corde et l’éléphant est beaucoup plus fort, toutefois il est tellement convaincu que cette corde est incassable qu’il n’essaye même pas de s’échapper.

 

 

 

La question est combien de ces barrières avons-nous dans la tête ?

Avez-vous entendu, quand vous étiez plus jeune des phrases du genre : « Lui, les maths, ce n’est pas son truc !», « elle n’a pas le sens du rythme ! », « il est trop timide ! », « on ne peut pas lui faire confiance ! » Des phrases dont personne ne pouvait pressentir l’impact sur l’individu.

Vous l’aurez compris nous avons intégrés ces phrases limitantes, comme l’éléphant a intégré qu’il ne pourrait jamais briser cette corde.

Peut-être que l’on n’a pas réussi à une certaine période de notre vie, mais aujourd’hui c’est possible, aujourd’hui vous avez les capacités de le faire ou d’acquérir les compétences qui vous permettrons de le faire.

 

4 clés pour enlever ses barrières mentales ?

 

  • Changez votre dialogue interne.

Transformez : « je suis nul ! » en : « je n’ai pas encore acquis les compétences nécessaires pour …». Si vous continuez à vous dire que vous êtes nul, vous alimentez une croyance qui vous paralyse. Comme si votre état était figé et qu’il est impossible pour vous d’évoluer. C’est de l’auto-sabotage.

Quand vous vous dites :  « je n’ai pas encore acquis les compétences nécessaires pour… » Il y a de l’espoir et la croyance que c’est possible. Alors vous gardez une bonne estime de vous-même et les conditions sont optimales pour vous faire atteindre votre objectif

 

  • Développez un mental de gagnant, en visualisant vos objectifs sur le long terme.

Dépassez vos peurs liées au regard des autres face à vos débuts, restez fixé sur votre objectif. Acceptez d’être débutant, de faire des erreurs peut-être même d’être ridicule au début. Une fois que vous aurez passé ce cap, vous allez devenir bon dans votre domaine, puis expert.

Vous faites preuves de courage, vous allez impressionner les gens, et les inspirer. S’autoriser à devenir qui on rêve d’être c’est comme donner l’autorisation aux autres d’en faire autant.

 

  • Faites des expériences et faites-en beaucoup.

La répétition permet de devenir un expert. N’ayez pas peur de vous tromper, il faut bien comprendre que l’échec est un diplôme. Il nous permet d’acquérir de nouvelles connaissances et de bien maîtriser chaque aspect du domaine concerné.

 

Bill Gates: Avant d’être connu comme première fortune mondiale par le succès de Microsoft, celui-ci a débuté son parcours par un abandon de ses études à Harvard, la faillite de sa première entreprise mais bien que son idée de développement de système n’ayant pas fonctionné au début, celui-ci a persisté pour finalement bâtir c’est empire informatique mondial.

 

Walt Disney: Aujourd’hui mondialement connu dans le domaine des films d’animations et parc à thème, Walt Disney commença par un renvoi d’un poste de rédacteur sous prétexte de manquer d’imagination avant de connaitre une succession de faillite et d’échec dans des lancements d’entreprises. Loin de céder à la fatalité, celui-ci se relança dans la création qui est aujourd’hui cet empire du divertissement mondialement connu.

 

 

Michael Jordan : Basketteur mondialement admiré pour son talent hors pair et considéré par beaucoup comme le meilleur basketteur au monde, celui-ci commença son expérience dans ce sport en étant tout simplement écarté de l’équipe de son lycée. Loin de ce laissé stopper par ce revers, celui-ci déclare à ce propos  “j’ai raté plus de 9 000 coups dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 Jeux. À 26 reprises j’ai eu confiée le tir gagnant du jeu, et j’ai raté. J’ai échoué plus et maintes et maintes fois dans ma vie. Et c’est pourquoi j’arrive à gagner.”

 

 

 

  • Rencontrez des personnes qui vous inspirent.

Celles et ceux qui ont déjà atteints le niveau que vous souhaitez. Elles seront de bons conseils et leur témoignage sera source d’inspiration et de motivation.

 

CONCLUSION

Nous avons tous des barrières mentales, et aujourd’hui nous savons qu’il est possible de les briser.

Il est temps de s’en libérer pour se créer une vie où l’on s’autorise à réaliser ses rêves !


 

Reprenez votre feuille, qu’aviez-vous écrit ? Inscrivez-le en commentaire juste en dessous. Quelles compétences devez-vous acquérir ? Quel est le premier petit pas que vous pouvez faire vers cet objectif ?

Oui maintenant c’est devenu votre objectif et vous pouvez y arriver. Il suffit de commencer 😉

 

 

Sources :

L’expérience de l’impuissance apprise :

https://www.youtube.com/watch?v=j9I95BJsINc

 

Site regroupant des exemples de réussite après l’échec :

http://optimlifes.over-blog.com/article-48-exemples-de-reussite-apres-l-echec-101997800.html

Conférence sur l’impuissance apprise :

 

Gaëlle Fleury

Laisser un commentaire